Plan Rhône

Plan Rhône
© Région PACA

Le fleuve Rhône et sa vallée jouent un rôle essentiel pour l’aménagement et le développement du territoire régional. Les enjeux pour les années à venir requièrent la mobilisation de tous les acteurs et la définition partagée d’un projet à long terme.

 

Aujourd’hui, le Contrat de projet interrégional plan Rhône (CPIER) vise à accompagner la mise en œuvre du Plan Rhône pour la période 2007/2013.

Trois grands objectifs pour le fleuve et son territoire vont bénéficier de programmes d’actions. Il s’agit de :

  • Concilier la prévention des inondations et les pressions d’un développement urbain et des activités humaines en zone inondable ;
  • Respecter et améliorer le cadre de vie des habitants, ce qui passe par la qualité des eaux et le maintien de la biodiversité, par la valorisation du patrimoine et par un tourisme reposant sur les espaces naturels et le patrimoine culturel ;
  • Assurer un développement économique de long terme en développant notamment le transport fluvial.

Les partenaires du CPIER : L’Etat, les Régions Bourgogne, Franche-Comté, Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Rhône-Alpes, le Comité de bassin Rhône-Méditerranée, la Compagnie Nationale du Rhône, Voies Navigables de France et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. 

  

Contexte de mise en place du Plan Rhône

Les crues de 1993, 1994, 2002 et 2003  ont provoqué de lourdes pertes d’un point de vue matériel, avec des conséquences humaines et financières lourdes.

Réveillant ainsi la mémoire du risque, ces dernières crues sont venues accélérer la demande publique d’une stratégie globale de prévention du risque inondation, mise en place en 2004 par la Préfet coordonnateur de bassin.  

Les orientations stratégiques de ce Plan Rhône ont été validées par  le Comité Interministériel de l’Aménagement et de Compétitivité Territoriale (C.I.A.C.T.) du 6 mars 2006.

Le Plan Rhône ouvre les perspectives d’un nouveau projet d’aménagement ambitieux et respectueux  du fleuve et de son environnement. Trois axes soutiennent la réflexion et se retrouvent dans l’objectif de ce plan :

  • Concilier la prévention des inondations et les pressions d’un développement urbain et des activités humaines en zone inondable,
  • Respecter et améliorer le cadre de vie des habitants, ce qui passe par la qualité  des eaux et le maintien de la biodiversité,  par la valorisation du  patrimoine lié au fleuve dans la perspective d’une réappropriation culturelle et sociale, et par un tourisme exploitant au mieux les potentialités des espaces naturels et du  patrimoine culturel de la vallée,
  • Assurer un développement économique  terme notamment par le développement du transport fluvial.     

    

La contractualisation Etat-Région

Le Comité Interministériel de l’Aménagement et de Compétitivité Territoriale (C.I.A.C.T.) du 6 mars 2006 qui a approuvé les orientations de la stratégie globale de développement durable du Plan Rhône a dans le même temps mandaté le Préfet coordonnateur de bassin afin d’intégrer le Plan Rhône dans le double cadre de la contractualisation Etat-Région et des prochains programmes européens.  

L’objectif de ce contrat est d’accompagner la mise en œuvre des grandes orientations stratégiques du Plan Rhône, de confirmer l’engagement de chacun à la construction de ce projet et de préciser les objectifs retenus.    

Le contrat de projet interrégional Plan Rhône, fruit d’une négociation entre l’ensemble des signataires  a été signé le 21 mars 2007. Dans le cadre de ce contrat, l’Etat, l’Agence de l’eau, l’ADEME, VNF s’engagent à apporter des financements à hauteur de 228,4 Millions d’euros, la CNR à hauteur de 185 millions d’euros et les cinq Régions à hauteur de 200, 04 millions d’euros.

La Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, s’engage quant à elle sur 77, 275 millions d’euros dont 56 millions d’euros pour le seul volet inondations.      

  

Présentation des différentes thématiques du contrat

« Patrimoine rhodanien : culture et identité » 

Axe principal de communication, le fleuve Rhône a historiquement été un trait d’union entre les frontières et un élément fort de notre histoire culturelle.

Porteur d’une identité rhodanienne, d’une grande richesse patrimoniale qui a aujourd’hui été un peu oubliée, il convient aujourd’hui de renforcer le sentiment d’appartenance et de transmettre l’histoire des relations entre les hommes et leur fleuve en :  

  • réalisant un inventaire du patrimoine fluvial portant sur les éléments bâtis ainsi que sur les éléments mobiliers 
  • valorisant certains éléments patrimoniaux et en les mettant en réseau  
  • soutenant des actions de réappropriation du fleuve.    

 

« Prévention des risques liés aux inondations »                

Les crues majeures ayant eu lieu ces dernières décennies ont réveillé la mémoire du risque sur le Rhône et ses affluents et ont mis à jour la vulnérabilité de l’occupation humaine de la vallée inondable.

Aussi, il s’agit aujourd’hui de réduire dans la mesure du possible les aléas dommageables dans le cadre d’une solidarité amont-aval et rive gauche-rive droite. Pour cela, on vise à  :  

  • Réduire les inondations par la mise en œuvre du pré-schéma sud, la fiabilisation des digues et l’optimisation des Zones d’expansion des crues.  
  • Réduire la vulnérabilité de l’habitat, des réseaux, de l’agriculture.  
  • Savoir mieux vivre avec le risque en mettant en place des systèmes d’alerte et de prévision et en améliorant la connaissance du risque et l’information à la population. 
  • Coordonner les efforts sur les affluents notamment dans le cadre des confluences.   

Plus d'informations 

  

« Qualité des eaux, ressource et biodiversité »    

 Bien que de nombreux programmes spécifiques aient été consacrés à la préservation des fonctions écologiques du Rhône et que la qualité des eaux s’est globalement améliorée, les récentes directives européennes amènent à avoir des projets plus ambitieux. Il s’agit donc ici de :    

  • Lutter contre la micropollution qui menace la qualité des eaux.
  • Poursuivre et amplifier la restauration fonctionnelle des tronçons court-circuités et des secteurs artificialisés.  
  • Rétablir progressivement la circulation des poissons migrateurs.  
  • Améliorer la connaissance du fleuve.  
  • Mettre en œuvre les modalités de gestion et de valorisation en conformité avec les règlements européens.

  

« Energie »    

La production d’énergie est un enjeu majeur pour le bassindu Rhône qui produit 25 % de l’énergie électrique française et près de 60% de l’énergie hydroélectrique nationale. Les capacités énergétiques du Rhône doivent donc être développées en :  

  • Conciliant développement de la production de l’énergie hydroélectrique et respect de l’environnement  
  • Exploitant le gisement éolien  
  • Réduisant la vulnérabilité des réseaux  

 

« Transports »    

Axe de transit privilégié entre l’Europe du Nord et  la Méditerranée la vallée du Rhône voit un développement du trafic qui menace de saturation les infrastructures routières alors même que le mode fluvial est sous-exploité.

Il s’agit donc ici de poursuivre les efforts engagés et permettre le transfert modal sur le fleuve afin de répondre à la demande croissante de déplacements. Pour cela, seront privilégiées les actions suivantes :  

  • Le développement de la compétitivité et de la profession.  
  • La poursuite des études relatives au développement et au désenclavement du bassin.   
  • L’aménagement et l’équipement des ports fluviaux.  
  • L’appui à la réalisation des embranchements fluviaux.  
  • Le développement des interfaces entre maritime et fluvial.  
  • L’adaptation des infrastructures fluviales à l’accroissement du trafic.

  

« Tourisme »    

Le tourisme est une activité humaine et économique majeure pour les territoires riverains du Rhône. Le secteur touristique reste cependant sous-développé au regard de ses possibilités, le nombre de touristes empruntant les infrastructures routières du Rhône étant important.

Il s’agit donc de renforcer la compétitivité et l’attractivité de ce territoire tout en faisant du tourisme durable. Pour cela, seront privilégiées les actions concourant à  :

  • L’amélioration  du cadre de vie des riverains et la valorisation des territoires par un tourisme de qualité.  
  • Le développement d’activités structurantes sur le Rhône telles que la construction de la véloroute du Léman à la Mer.   

haut de page